Assemblée générale de Nestlé S.A.

avr. 26, 2012

L'Assemblée générale de Nestlé S.A. a eu lieu  à Lausanne le 19 avril dernier en présence de 2’689 actionnaires. D’ailleurs, saviez-vous qu’en 2011, 36.5% des actionnaires de Nestlé étaient Suisses ? C’est la première nationalité représentée parmi les actionnaires, devant les Etats-Unis.

Dans son discours à l'Assemblée générale, le Président de Nestlé Peter Brabeck-Letmathe a souligné la performance solide et constante de Nestlé au fil du temps: «Cette croissance ne s’est jamais interrompue, malgré un contexte externe très difficile. Depuis le début de 2006, Nestlé a créé CHF 85 milliards de valeur actionnariale additionnelle.» Il a aussi rappelé que Nestlé est aujourd’hui la plus grande entreprise mondiale de l’industrie des biens de consommation en termes de ventes et de capitalisation boursière.

Après avoir passé en revue les activités du Conseil d’administration en 2011 et les objectifs 2012, M. Brabeck-Letmathe a aussi abordé dans son discours la crise mondiale de l’eau. Il a déclaré: «L’eau est le facteur le plus important pour la poursuite de nos activités à long terme. Elle est nécessaire tout au long de la chaîne de valeur, depuis la culture des matières premières agricoles, en passant par la fabrication de nos produits, jusqu’à leur préparation par les consommateurs.» Il a relevé que «pour nourrir les 10 milliards d’habitants qui peupleront à l’avenir la planète, il faudra presque doubler la production alimentaire. Si l’ensemble des acteurs ne s’attaquent pas au problème de surexploitation de l’eau de manière urgente et avec détermination, la crise actuelle de l’eau sera aggravée à l’avenir par une crise alimentaire mondiale».

Dans sa revue des résultats du Groupe 2011, l’Administrateur délégué de Nestlé Paul Bulcke a déclaré: «Nestlé a réalisé une performance solide en 2011, avec d’excellents résultats dans les pays émergents et développés, et ce dans toutes les catégories. Nous avons obtenu ces résultats au cours d’une année particulièrement difficile. Des événements sans précédent se sont produits et sont en train de changer la face du monde de nombreuses façons inattendues, sur le plan économique, financier, politique et social. Ce sont des changements fondamentaux et permanents qui forment ce qu’on pourrait appeler une nouvelle réalité.»
 
Lors de sa rencontre avec la presse, en marge de l’Assemblée Générale, notre chef de marché Eugenio Simioni, a quant à lui décrit une année 2011 remplie de défis, notamment la baisse du marché de détail, accentuée au deuxième semestre 2011, pour atteindre une diminution de -2,8%. Mais aussi la parité du franc suisse avec l’euro, qui a encouragé le tourisme d’achat. Or, a-t-il rappelé, «nous exportons les deux tiers de la production de nos dix usines dans les pays de la zone euro : même à 1,20 franc pour un euro, cela nous pose un problème de compétitivité». La crise du franc fort a, par ailleurs, absorbé les gains de productivité des trois dernières années.



La plupart des innovations introduites sur notre marché sont développées et produites en Suisse, a-t-il encore souligné. «Signe de l'importance de la Suisse comme place de recherche», quatre entités seront inaugurés en 2012, dont deux extensions de centres de recherches existants à Vers-chez-les-Blanc et à Konolfingen.