Aider les producteurs suisses à alimenter leurs cultures et notre usine

sept. 13, 2016

L'agriculture est une tradition familiale pour Christian Boeuf, un producteur dont le père s'occupait de l'exploitation qu'il a reprise à ses 16 ans. Afin de garder un mode de production biologique, M. Boeuf recherche sans cesse de nouvelles méthodes d'exploitation innovantes.

Christian Boeuf et Dolly, son Border Collie

C'est pour cela qu'il a participé à la création d'une usine de biogaz à Henniez, sur le site suisse de la marque d'eau minérale Nestlé Waters, une solution écologique qui permet de tirer profit de la surproduction de fumier de vache. Tout le fumier brut est transporté à l'usine voisine qui produit ensuite du biogaz.

Le projet repose entièrement sur la relation d'échange avec les producteurs locaux. En contrepartie de leur fumier, les producteurs récupèrent un engrais organique riche en nutriments très recherché, le produit final de la fermentation dans l'usine de biogaz. Il peut alors être utilisé sur les cultures et permet d'économiser sur l'achat d'engrais. Cet échange au coût neutre aide à créer une exploitation agricole durable et garantit la récupération de précieux nutriments qui auraient été perdus autrement.

Le fumier de vache est utilisé par l'usine de biogaz pour produire de l'énergie et un engrais écologique

M. Boeuf explique : "C'est important de savoir que notre fumier est utilisé pour produire une énergie renouvelable. Nous pouvons aussi nous en servir pour mieux produire. Nous économisons de l'électricité et du gaz, c'est génial."

L'engrais de haute qualité fourni par l'usine de biogaz est facilement absorbé par les plantes et produit moins d'émissions d'ammoniac pour l'environnement. Grâce à cet engrais biologique, M. Boeuf n'a plus besoin d'utiliser de fongicides sur ses cultures.

Le projet a déjà un impact positif. Nous reconnaissons l'importance d'un engrais plus respectueux de l'environnement. Christian Boeuf, producteur

Nestlé Waters a financé des études de faisabilité et cherché des partenaires en 2009, examinant toutes les causes de détérioration possibles de la source d'eau d'Henniez. Grâce à la collaboration de la société Groupe E Greenwatt, une infrastructure capable de produire de l'énergie renouvelable a été construite à côté de l'usine d'embouteillage. L'électricité générée par la combustion du fumier et des résidus de café provenant des usines Nespresso et Nescafé voisines est revendue sur le réseau électrique suisse. La chaleur dégagée alimente l'infrastructure d'Henniez, réduisant ainsi les émissions de CO2 de 50 %.

Laurent, qui ne jure que par la terre et sa famille, participe à un nouveau projet porteur d'avenir

Parmi les 27 producteurs locaux impliqués dans le projet se trouve Laurent Gentil, un producteur qui travaille dans son exploitation familiale depuis plus de 30 ans. Dans un monde où l'avenir des producteurs suisses est incertain, il est fier de participer à un projet collaboratif bénéfique pour son exploitation et l'agrobiodiversité de sa terre. "Nous n'avons plus à nous soucier de vider rapidement les fosses à purin car tout est emmené à l'usine de biogaz pour nous", explique Laurent.

Soutenir une agriculture durable par le biais de ce projet écologique est avantageux pour les producteurs, l'environnement et Nestlé Waters. Michel Marcuard, Directeur du développement durable chez Henniez, raconte : "Cela n'a pas été facile au départ. Il a fallu convaincre les producteurs de nous faire confiance, leur expliquer que nous n'allions pas mettre leur survie en péril. Désormais, notre partenariat est solide et tout le monde y gagne."

Ceci est l’un des exemples du type d’engagement qui a permis à Nestlé de devenir l’entreprise numéro 1 de l’industrie alimentaire dans le récent rapport 2016 du Dow Jones Sustainability Index (DJSI).
Le DJSI est un point de repère (« benchmark ») indépendant et mondialement reconnu qui mesure la performance des 2'500 plus grandes entreprises internationales selon 3 aspects : l’économie, l’environnement et la société.

Quelqu'un veut un café recyclé ?

Marc Menoud de la société Groupe E Greenwatt, notre partenaire en matière de biogaz, à l'intérieur de la nouvelle infrastructure. Les résidus de café des usines Nescafé et Nespresso voisines alimentent le digesteur à biogaz.

Engrais + marc de café = énergie renouvelable

Michel Marcuard, Directeur du développement durable chez Henniez, et Marc Menoud de la société Groupe E Greenwatt, visitent l'usine de biogaz. Le générateur utilise le fumier et les résidus de café pour produire la chaleur nécessaire au centre d'embouteillage d'Henniez et l'électricité injectée sur le réseau électrique suisse.

Un investissement tourné vers l'avenir

Les producteurs locaux investissent dans de nouvelles citernes de stockage pouvant contenir l'engrais biologique reçu en échange du fumier.

Retour aux fondamentaux

Le projet débute et aboutit sur les exploitations. L'engrais biologique produit à partir du fumier de vache est donné aux producteurs qui s'en servent pour leurs cultures.