Retour
3 min de lecture
Si vous cherchiez le lieu de naissance du café, le voici. Le haut plateau de Boma culmine à la frontière Est du Soudan du Sud, avant de déborder dans l'Éthiopie voisine. Connu sous le nom de "berceau du café", c'est l'un des seuls endroits au monde où l'on peut voir les grains pousser à l'état sauvage.

La plante de café est profondément ancrée dans l'histoire de la région, mais les récents événements violents ont pratiquement paralysé la production. Le secteur a pratiquement été détruit pendant la guerre qui a précédé l'indépendance du pays du Soudan en 2011.

La naissance d'une nouvelle nation a semé les graines d'un rétablissement provisoire. Mais les combats ont repris dans les années qui suivirent.

Et pourtant, contre toute attente, le café commence à faire son retour grâce à la détermination de certains producteurs sud-soudanais.

Partis de rien

Pendant la période de paix qui a suivi l'indépendance, Nespresso a commencé à travailler avec le Soudan du Sud pour revigorer la production de café de haute qualité avec l'aide de l'ONG TechnoServe.

TechnoServe a aidé à nouer des partenariats avec les producteurs locaux. Ils leur ont donné accès aux outils, à l'assistance technique et à la formation pour aider les producteurs à obtenir des cultures de la meilleure qualité possible pour satisfaire les exigences du marché international.

Kaffeebauern im Südsudan 

Les premières coopératives de café du Soudan du Sud ont été fondées dans la région de Yei, où plusieurs concasseurs humides ont été construits. Ces usines de traitement transforment les fruits récoltés en grains de café prêts à être exportés. Ces concasseurs humides jouent un rôle très important pour la qualité du produit final.

Ils apportent en outre des avantages directs aux producteurs.

"En tant que femme, cela m'a donné moins de travail, notamment pour le décorticage. J'utilisais une pierre meulière ou un mortier, mais à présent, nous utilisons le concasseur humide pour le traitement," déclare Hellena Atiku, une agricultrice de la coopérative Inutu.

Les premières cultures

Tout ce travail finit par porter ses fruits. "Suluja ti South Sudan" se traduit par "La naissance du Soudan du Sud" en kakwa, le dialecte local. C'était également le nom du petit lot de grains de café de Nespresso, la première culture à avoir été exportée depuis le Soudan du Sud en 2015.

Le pays dépendant quasi entièrement du pétrole pour ses revenus en devises étrangères, on espère à présent que le café devienne sa deuxième exportation la plus importante.

 

Près de 300 agriculteurs furent initialement impliqués dans les coopératives de café, ils sont aujourd'hui 730. Depuis les débuts du programme, 1’270 foyers ont assisté à au moins l'une des sessions de formation qui les aidera à acquérir des compétences et des connaissances agricoles vitales.

Ce projet vise à faire passer le nombre d'agriculteurs entièrement formés à 8’000 d'ici 2020. Il s'agit là d'une tâche colossale au vu du conflit actuel, mais une tâche que tous sont déterminés à accomplir.

Rester à l'écoute

Même si le conflit signifie que le personnel de TechnoServe ne peut plus travailler au Soudan du Sud, ils soutiennent toujours les producteurs. Une émission de radio hebdomadaire leur donne des conseils saisonniers et une formation de suivi.

Produit depuis l'Ouganda, un pays voisin, ce programme est diffusé en trois langues différentes sur Spirit FM, la station de radio populaire du Soudan du Sud.

Aider les producteurs de café à devenir professionnels et à obtenir des revenus nettement plus élevés et à développer leurs moyens de subsistance est extrêmement satisfaisant Paul Stewart, TechnoServe

"C'est génial de pouvoir s'associer à des communautés rurales et à Nespresso pour commencer à établir une industrie caféière susceptible de fournir une source durable de revenus à 50 000 familles dans le futur," explique Paul Stewart, directeur régional des initiatives café chez TechnoServe.

"Le Soudan du Sud est extrêmement sous-développé par rapport à ses voisins, il est donc extrêmement satisfaisant de pouvoir aider les agriculteurs à devenir des producteurs de café professionnels, à obtenir des revenus nettement plus élevés et à développer leurs moyens de survie."

Consolider la paix

Le travail de Nespresso au Soudan du Sud fait partie de la stratégie The positive cup, qui vise à améliorer le bien-être des agriculteurs et à stimuler la durabilité de l'approvisionnement en café et de sa consommation.

George Clooney, l'ambassadeur de la marque Nespresso , s'est rendu plusieurs fois au Soudan du Sud pour soutenir les efforts visant à mettre fin au conflit dans le pays. Il pense que le café est important pour l'avenir du pays.

 

"Traditionnellement parlant, les plantations de café sont des poches de paix dans des zones très instables. Nous avons bu notre première tasse cet été, et son goût était légèrement meilleur en sachant qu'elle provenait de personnes travaillant dur pour un retour à la normalité et à la paix."

L'Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID) a récemment rejoint le partenariat Nespresso/TechnoServe et contribue à élargir le projet.

Il aidera à présent plus d'agriculteurs dans des zones où la production de café commence. Tout comme dans les zones de culture existantes, le café offrira à ces producteurs et à leurs familles des revenus et une sécurité nécessaires.