Sort results by
Sort results by

Le risque du travail des enfants

Le travail des enfants est bouleversant et inacceptable. Les enfants ont le droit d'apprendre, de grandir en sécurité et en bonne santé et d'être heureux. Des entreprises comme Nestlé ont un rôle important à jouer dans ce domaine, en particulier dans les régions où la pauvreté est très répandue et où les ressources sont limitées.

Le défi à relever

Malheureusement, le travail des enfants est encore une réalité dans de nombreux pays, en particulier dans les zones rurales. Dans ces pays, le travail des enfants consiste généralement à aider leurs parents dans les travaux agricoles. Bien que chaque cas doive être considéré individuellement, des causes et des facteurs communs peuvent généralement être constatés: pauvreté, manque d'accès ou accès limité aux opportunités d'éducation et aux besoins de base comme l'eau propre et une bonne alimentation. En plus, les enfants sont souvent peu informés des risques liés au port de charges lourdes et à d'autres tâches exigeantes.

Nous luttons contre ces causes fondamentales grâce à notre programme de durabilité pour le cacao, le Nestlé Cocoa Plan. Nous nous sommes engagés à acheter tout notre cacao sous ces directives d'ici 2025.

Ce que nous entreprenons

Un système radical

Dès que le travail des enfants ou des problèmes potentiels sont identifiés, nous prenons des contre-mesures. Nous essayons de comprendre les causes fondamentales et de coopérer rapidement avec la famille et/ou la communauté afin de trouver une bonne solution. Par exemple, si un enfant ne va pas à l'école parce qu'il n'a pas d'acte de naissance, ce qui n'est pas rare dans certaines zones rurales d'Afrique de l'Ouest, nous aidons les parents à obtenir ce document.

Le Nestlé Cocoa Plan nous permet de rester en contact avec les familles de plus de 86 000 enfants en Côte d'Ivoire. Cela fonctionne grâce à 1640 personnes de contact dans les communautés - des résidents locaux qui sont eux-mêmes originaires de régions où le cacao est cultivé.

Nous effectuons également un suivi : nous rendons encore visite aux familles au moins deux fois, afin de nous assurer que nos mesures sont efficaces et que les enfants concernés n'ont pas besoin de retravailler.

Grâce à nos mesures, environ 128'000 enfants ont déjà pu être protégés du travail des enfants depuis 2012. Plus de 40'000 enfants ont désormais un meilleur accès à l'éducation. C'est un bon début. Mais tant que le travail des enfants existera, il restera encore beaucoup à faire pour nous aussi.

Une économie stable et une société qui fonctionne correctement sont les conditions de base pour vaincre la pauvreté.

La pauvreté est l'une des causes fondamentales du travail des enfants. C'est pourquoi il est important que les agriculteurs et agricultrices gagnent suffisamment pour leur permettre, à eux/elles et à leur famille, de vivre dignement.

Nous augmentons les revenus des agriculteurs(trices), par exemple en les formant aux bonnes pratiques agricoles pour une meilleure qualité et productivité, ou en soutenant la diversification vers plusieurs sources de revenus. Nous réduisons ainsi la dépendance des familles vis-à-vis d'une seule récolte. Nous avons également mis en place des associations locales d'épargne et de crédit. En plus des mesures prises par les gouvernements locaux, nous versons une prime pour le cacao de qualité supérieure afin d'augmenter les revenus des agriculteurs(trices).

En Côte d'Ivoire, nous avons aussi lancé un projet pilote d'incitation financière. L'objectif est d'inciter les agriculteurs(trices) à protéger les forêts qui entourent leurs champs, à planter des arbres d'ombrage entre leurs cacaoyers afin de promouvoir la biodiversité et à scolariser leurs enfants.

L'éducation scolaire est une condition primordiale pour l'avenir des enfants

Nous savons qu'il existe un lien évident entre une meilleure éducation scolaire et la réduction du travail des enfants.

En collaboration avec la Jacobs Foundation, nous avons mis en place 131 cours de transition pour aider les enfants qui n’ont pas été scolarisés et qui ont du retard à rattraper. Ces écoles transmettent en neuf mois seulement et dans de petites classes les matières qui sont enseignées en deux ans dans les écoles traditionnelles.

"L'école, c'est la clé de la réussite", dit Paul, un cultivateur de cacao de 54 ans du sud de la Côte d'Ivoire. "Je veux que mes enfants rencontrent le succès, c'est pourquoi je les envoie à l'école".

Faire plus, ensemble

Compte tenu de l'ampleur et de la complexité du problème du travail des enfants, des changements profonds sont nécessaires dans la société, l'industrie et les politiques gouvernementales. Nous travaillons avec les gouvernements nationaux, les autorités locales, les organisations non gouvernementales et d'autres entreprises qui s'approvisionnent en cacao dans les pays concernés.

Il est important de promouvoir la plus grande transparence possible. Ce n'est qu'en regardant le problème de face que nous pouvons créer la prise de conscience nécessaire au changement et travailler avec des partenaires pour trouver des solutions efficaces.

Notre deuxième rapport sur la lutte contre le travail des enfants dans notre chaîne d'approvisionnement de cacao a également démontré comment notre programme s'attaque au danger du travail des enfants.

Des organisations tierces indépendantes, telles que Rainforest Alliance ou Fair Labor Association, effectuent régulièrement des audits qui contribuent à une amélioration continue.

general
boy

Les progrès déjà réalisés

128’000
enfants ont été protégés des risques liés au travail des enfants depuis 2012.
86’000
familles sont en contact avec nous afin de prévenir le travail des enfants à l'avenir.
40’000
enfants ont eu l’opportunité d'aller à l'école.