Prix de la Nutrition de Nestlé Suisse 2016

sept. 1, 2016

Trois pistes novatrices pour contrecarrer la malnutrition en Suisse

Berne, le 1er septembre 2016 – La malnutrition examinée sous trois angles : comment optimiser le traitement des carences en fer, un système de semi-automatisation du dépistage précoce de la malnutrition à l’hôpital du Valais et les obstacles qui retiennent la population suisse de manger sainement. Les travaux de trois chercheurs ont été couronnés par le Prix de la Nutrition de Nestlé Suisse le 1er septembre à Berne lors du Congrès national de la Société suisse de nutrition. Nestlé Suisse remet chaque année depuis plus de 15 ans trois prix d’un montant global de 30'000 CHF visant à soutenir des projets de recherche dans les domaines de la nutrition et de la prévention.

Le prix scientifique (15'000 CHF) : « Less is more. » L’étude de Diego Moretti, chercheur au laboratoire de nutrition humaine à l’EPFZ, démontre que pour plus d’efficacité, il vaut mieux n’administrer des suppléments de fer par voie orale qu’un jour sur deux. Pour une meilleure absorption par le corps.

Les carences en fer sont l’une des formes les plus répandues de malnutrition dans le monde. Diego Moretti s’est penché sur le comportement d’une hormone récemment découverte, l’hepcidine, qui régule l’absorption du fer dans le corps. Les résultats de son étude permettent de reconsidérer les supplémentations de fer données par voie orale (pilules), pour une plus grande efficacité. Les dosages élevés sont parfois mal tolérés par le système digestif et mal absorbés par le corps. Cette première étude sur les applications humaines des nouvelles connaissances acquises à propos du fonctionnement de l’hepcidine pourrait aussi ouvrir de nouvelles perspectives en termes de médecine personnalisée.

Le prix de la communication (7'500 CHF) : Dépister la malnutrition à l’hôpital de manière précoce et systématique pour une meilleure prise en charge : à l’hôpital du Valais, la diététicienne Jacinthe Fournier a coordonné un système de semi-automatisation innovant accompagné de guides pratiques destinés aux professionnels des soins.

Quelque 40% des patients hospitalisés en Suisse souffrent de malnutrition. Un phénomène coûteux : complications médicales et prolongements de séjours hospitaliers. Bien que recommandé, le dépistage précoce de malnutrition n’est pas systématiquement réalisé en raison du manque de formation du personnel soignant dans ce domaine. Effort majeur de communication, le travail de Jacinthe Fournier propose un dépistage précoce semi-automatisé de la malnutrition. Sans augmenter la charge de travail des soignants, il simplifie l’identification et le codage d’un diagnostic nutritionnel et permet une meilleure prise en charge, un meilleur suivi du patient. La collaboration interdisciplinaire qui inclut les diététiciennes est valorisée. Des guides pratiques destinés aux soignants identifient le rôle et l’intervention de chacun.

Prix pour jeunes chercheurs (7'500 CHF) : Si la population suisse ne suit que faiblement les recommandations pour se nourrir sainement, c’est que des obstacles importants les en empêchent. L’enquête du doctorant en épidémiologie nutritionnelle et sociale Carlos de Mestral pointe plusieurs facteurs révélateurs et leurs déterminants socio-économiques.

De nombreux obstacles – qui pèsent lourd sur la santé de la population et le système de soins – empêchent la population suisse de manger sainement et entravent les efforts de promotion de la santé et de prévention des maladies chroniques. Ce sont les conclusions d’une étude inédite en Suisse menée par Carlos de Mestral à partir de données provenant de l’Enquête suisse sur la santé de 2012. Les résultats montrent que le prix élevé des aliments retient 43% des femmes et 36% des hommes de manger sainement. Presque autant, les habitudes et contraintes du quotidien. Tandis que 39% des femmes et 51% des hommes estiment que la nourriture saine n’a pas aussi bon goût ou n’a pas autant de goût que les aliments moins sains.

Prix de la Nutrition de Nestlé Suisse décerné depuis plus de 15 ans

La recherche sur l’alimentation est au coeur des activités de Nestlé. Pour promouvoir ces efforts au-delà de ses propres centres de recherche, Nestlé Suisse a créé le Prix de la Nutrition. Depuis plus de 15 ans, trois prix sont décernés à des chercheurs indépendants en Suisse pour soutenir des projets dans le domaine de la nutrition et de la prévention.

Le prix scientifique récompense principalement des articles scientifiques ouvrant de nouvelles perspectives dans la recherche appliquée en nutrition et présentant aussi bien un intérêt pratique pour les actuelles et futures recommandations alimentaires que pour la nutrition en Suisse.

Le prix de la communication récompense la mise en pratique de la recherche scientifique auprès du grand public. Les travaux peuvent aborder des aspects thérapeutiques ou préventifs du conseil en nutrition et sont évalués en privilégiant plus particulièrement l’approche méthodique et didactique.

Créé en 2001, le Prix pour jeunes chercheurs vise à inciter les jeunes à s’engager dans la voie de la recherche en nutrition.

Vers le communiqué

Vers la fiche lauréats



Les lauréats (d.g.à.d.) : Diego Moretti (Prix scientifique), Jacinthe Fournier (Prix de la communication), Carlos de Mestral (Prix pour jeunes chercheurs)

Photo 3 lauréats

Pour de plus amples informations:
Marianna Fellmann | Nestlé Suisse S.A. | Case postale 352 | 1800 Vevey | 021 924 55 82 | presse@ch.nestle.com