Sort results by
Sort results by

Projet « Lait KlimaStaR »

Associés aux producteurs de lait, Emmi et Nestlé lancent une vaste initiative en faveur du climat

Climate friendly milk
Retour aux communiqués de presse

Lucerne/Vevey, le 21 février 2022 – Emmi et Nestlé lancent l’initiative Lait KlimaStaRen collaboration avec le producteur de lait aaremilch AG et la coopérative Zentralschweizer Milchproduzenten (ZMP). Elle a pour objectif d'acquérir des connaissances scientifiques afin de rendre la filière du lait suisse plus durable et plus dynamique en matière de protection du climat et d'utilisation efficiente des ressources. Grâce à une approche sur mesure, l’initiative entend réduire de 20% en moyenne les émissions de gaz à effet de serre issues de la production laitière. Le projet est soutenu par l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) et inclura environ 300 exploitations agricoles pilotes. La Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires de Zollikofen (Berne) et l'EPFZ accompagnent le projet en tant que partenaires scientifiques.

En Suisse, les vaches laitières font partie d'une agriculture durable, adaptée aux conditions locales. Elles transforment l'herbe sans grande valeur pour l'alimentation humaine en aliment riche en substances nutritives. La question se pose de savoir comment l'industrie laitière peut encore réduire son impact sur le climat. Autrement dit, comment les vaches peuvent à long terme faire partie intégrante d'une agriculture durable et adaptée aux conditions locales.

Selon les estimations des Nations Unies, l'industrie laitière représente 3% des émissions totales de CO2 au niveau mondial1. Même si elle ne fait pas partie des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre, il convient de réduire son empreinte, notamment en ce qui concerne les émissions de méthane des vaches, défavorables au climat.

En outre, des progrès en la matière sont dans l'intérêt premier de l'agriculture locale. En effet, selon les scénarios du National Centre for Climate Services de la Confédération2, le climat devrait à l'avenir être plus sec et plus chaud, en Suisse également, tout en se caractérisant par des épisodes de fortes précipitations plus fréquents. Selon les régions, les conséquences de cette évolution peuvent être très négatives.

Rôle pionnier en matière de durabilité

L'objectif de Lait KlimaStaRest de créer une base commune pour le déploiement d’une économie laitière suisse plus durable, respectueuse des ressources, adaptée localement et idéalement positionnée sur la voie du succès à long terme. Pour ce faire, Nestlé, Emmi, aaremilch AG et ZMP, quatre acteurs importants de la branche, ont uni leurs efforts.

L'initiative visant à améliorer l'utilisation durable des ressources naturelles et l’exploitation future de ses résultats pouvant avoir un impact décisif, elle est également soutenue financièrement par l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) dans le cadre du programme des ressources agricoles (art. 77a LAgr).

Ensemble, les initiateurs du projet entendent réduire l'empreinte climatique du lait et, in fine, des produits laitiers, en répondant à une préoccupation grandissante des consommateurs. Pour ce faire, ils interviennent à la première étape de la chaîne d'approvisionnement, à savoir la production laitière elle-même. Quelque 300 exploitations seront impliquées dans le projet, accompagnées par des experts issus des instituts de recherche partenaires et des transformateurs.

20% d'émissions de gaz à effet de serre en moins

Les partenaires du projet visent à réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre issues de la production laitière. Pour atteindre cet objectif, quatre domaines d’intervention sont définis : alimentation, gestion du troupeau, énergie et fertilisants. Les progrès seront mesurés par des méthodes scientifiques et des technologies d'analyse spécialement développées pour ce projet.

Ses promoteurs ont également fixé l’objectif ambitieux de réduire de 20% laconcurrence alimentaire et la concurrence pour l’utilisation des surfaces.La première signifie que l'on nourrit des animaux avec des aliments qui conviendraient à l'alimentation humaine - par exemple le blé donné aux vaches. La seconde apparait lorsque l’alimentation des animaux provient de terres arables sur lesquelles des denrées alimentaires pourraient être cultivées. Ces interactions indésirables doivent être réduites grâce à des méthodes d'alimentation économes en ressources et à une économie laitière basée sur les fourrages.

Des incitations positives pour les exploitations laitières

Les exploitations intéressées peuvent dès maintenant s'inscrire auprès des organisations de producteurs. Elles recevront une analyse spécifique de l'empreinte carbone de leur lait afin d’élaborer des stratégies adaptées à chaque exploitation. Chacune sera libre de choisir les mesures à appliquer et recevra des incitations à leur mise en œuvre grâce à un modèle de primes axé sur les résultats.

La durée du projet est prévue pour six ans. Tous les participants espèrent que les résultats obtenus, basés sur une démarche scientifique, permettront de mettre en œuvre des mesures ciblées au-delà du projet et contribueront à réduire l’empreinte de l'industrie laitière suisse, qui demeurent plutôt modérées en comparaison internationale.

Le projet Lait KlimaStar participe aux ambitions climatiques d'Emmi et de Nestlé, qui souhaitent toutes les deux atteindre la neutralité climatique d'ici 2050 et poursuivent d'autres objectifs qui leur sont propres en matière de protection du climat.

1 UN Food and Agriculture Organization: Greenhouse Gas Emissions from Agriculture, Forestry and other Land Use 2014

2 NCCS National Centre for Climate Services: Schweizer Klimaszenarien CH2018