Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

L'eau est-elle un droit de l'Homme pour Nestlé ?

Oui. Contrairement à ce qu'affirment de nombreux médias et articles sur les médias sociaux, Nestlé reconnaît le droit universel à l'eau. Depuis 2010, ce droit de l'Homme est inscrit dans Les principes de conduite des affaires du groupe Nestlé et constitue la base de nos activités commerciales dans le monde. La même année, l'Assemblée générale des Nations Unies a reconnu le droit à l'eau comme un droit de l'Homme.

Chez Nestlé, nous considérons la reconnaissance du droit à l'eau comme une partie intégrante de notre utilisation responsable de l'eau (REDIRECT TO NEW PAGE « Qu'est-ce que l'Alliance for Water Stewardship ? »). C'est pourquoi il est important pour nous que nos usines et fournisseurs reconnaissent également le droit à l'eau des communautés locales. Nous nous appuyons sur les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui sont comprises entre 50 et 100 litres d'eau par personne et par jour.

Chez Nestlé, nous avons la profonde conviction que l'accès à l'eau est un droit humain fondamental. Tout être humain, où qu'il se trouve dans le monde, a le droit à une eau potable propre et saine et à un assainissement adéquat.

Paul Bulcke, Président du Conseil Administration de Nestlé

Les déclarations de l'ancien Président du Conseil d'administration Peter Brabeck-Letmathe dans un film documentaire de 2005 selon lesquelles l'eau devrait avoir une valeur sont encore aujourd'hui mal interprétées. Suite à ce documentaire, M. Brabeck a précisé à plusieurs reprises que les 5 litres pour boire et les 20 litres pour un minimum d'hygiène sont un droit humain mais pas l'eau servant à remplir les piscines ou à arroser les terrains de golf. M. Brabeck a également déclaré que chaque gouvernement devrait être responsable de veiller à ce que sa population ait accès à ce droit humain, et ce gratuitement si nécessaire.